BANDE DE CONS !

Réalisateur :  Roland Lethem
Scénario :  Roland Lethem
Images :  Claude Neckel et Jean-Pierre Etienne
Production :  Natacha Schinski
Interprétation :  
Jean-Pierre Delamour
To Katinaki
Paul Lambert

Disponible en BETA SP, 16mm

Synopsis : Un film qui vous concerne tous.

    
Support :  16mm (Noir & Blanc)
Durée :  80
Genre :  underground experimental
Année :  1970
    
Pour en savoir plus...

Avec Bande de cons! il injurie durant 80 minutes, verbalement et sexuellement, le public pris en faute de non-participation.

« C’est un monument de provocation exaspérante où l’injure assénée en pleine gueule à intervalles réguliers a un terrible pouvoir de dégel », a écrit F. Seloron. A la limite de la mystification, c’est un film complètement vide sur le plan sonore, il est un discours très intentionné. Ayant compris que la pornographie, devenue objet de consommation, n’est plus provocation, Lethem a remplacé les plans de pénis et de vagin par celui très rapproché d’un doigt dans le nez.

Boris Lehman.

Extraits de Presse

LETHEM SIFFLE

« Au Musée du Cinéma, preview de “BANDE DE C...”, premier long métrage de l’Anarchiste belge Roland Lethem, collectionneur de scandales, surtout connu à l’étranger. puisque ses derniers courts métrages, blasphématoires et scatologiques, viennent de représenter notre pays aux festivals de Hyères, Oberhausen et de Locarno.

Son dernier film sema le remue-ménage à la Cinémathèque où la presque totalité des spectateurs, debout, hurlaient d’indignation. Il faut avouer qu’il y avait de quoi car d’un bout à l’autre, Lethem ne fait rien d’autre• que d’insulter directement la salle dans les termes les plus grossiers et les plus offensants. Le tout perpétré sans la moindre verve esthétique, sans la moindre distance réflexive et lyrique. sans le moindre ménagement, avec un mépris total pour n’importe quelle forme d’expression artistique en général et pour le langage cinématographique on particulier. Objectif de Lethem. cracher sur la culture contestataire. »

(Amis du Film et de la Télévision n0 176, Bruxelles, 1970)

« Ne nous demandez pas de porter un jugement sur cette œuvre : le clou ne juge pas le marteau qui lui tape dessus, leur psychologie est étrangère, et chacun d’eux se réjouit de ne pas être l’autre. »

(J.F.P., La Métropole/Le Matin , 21.03.1971)

« ...une œuvre autodestructrice, dynamiteuse, comparable à l’inoubliable show de deux heures réalisé en 1966 sur la scène du Théâtre Françain par M. Abraham MOLES, professeur à l’université de Strasbourg. (...) Attitude corrosive, certes, mais enrichissante, Roland Lethem, avec sa caméra, a pris le relais dans BANDE DE CONS. Il demeure donc l’élément essentiel des manifestations cinématographiques de Signa 6. »

(André MAUBE, “La France”, 19.11.1970, Bordeaux)

« Roland Lethem avec l’ambiguïté sadique de son sourire, nous sert un Bande de cons de 80’, monument de provocation exaspérante, où l’injure assénée en pleine gueule à intervalles réguliers a le terrible pouvoir de dégel souhaité par l’auteur, allées et venues, astuces diverses du public; l’écran est ce miroir sans tein où auteur et public restent pieds et mains liée au piège dénoncé, compromis dans les mêmes salles obscures.~

(françoise Seloron, Rock et Folk n°48, janvier 71)