Deux allers simple pour Bobadilla

Réalisateur :  Carlos Alvarez
Scénario :  Carlos Alvarez
Images :  Jean-Paul De Zaeytijd
Montage :  Hélène Attali
Production :  PBC pictures
Centre du Cinéma et de l'audiovisuel de la Communauté française de Belgique
RTBF
Les Films du Hérisson
Parenthèse Film
Mixage :  Eric Lesachet
Interprétation :  


Synopsis : Un lieu qui te plaît ne doit pas être décrit avec enthousiasme, comme tu le faisais étant jeune. Ce qui doit être représenté, et qui en est l’expression, c’est la vie que mène celui qui y habie (...) De la sorte, par la tangente, ce lieu restera dans l’imagination du spectateur."

Le métier de vivre Cesare Pavese

    
Support :  Video (Couleur)
Durée :  52 minutes
Genre :  documentaire
Année :  2004
    
    Photo(s) disponnible(s) en qualité d'impression:
    (cliquez sur la vignette puis importez)
dessin: René Follet
    
Pour en savoir plus...

Espagne du Sud, des oliveraies à perte de vue. A Bobadilla, village andalou bâti autour d’une gare, les cheminots aujourd’hui minoritaires ont cédé la place à une population agricole de journaliers.

On ne s’y arrête pas, si ce n’est pour prendre une correspondance. Les voyageurs restent le plus souvent confinés dans la gare. Le hasard m’y amena un jour ; j’allais renouer, sans le savoir, le fil de mes origines. A présent des liens forts se sont tissés avec certaines personnes. C’est dans le prolongement de notre relation que se construira le film, l’occasion de parler de leur histoire, de leurs désirs, leurs peurs, leurs attentes.

Il y aura...

Ceux qui se racontent au fil des jours, qui témoignent d’une vie où l’instant présent est passage et qui se cherchent de nouveaux repères. Ce sont aussi des doubles sur lesquels je me projette et qui me permettent de me raconter.

Ceux qui racontent, les témoins d’un passé immuable, confrontés aux paradoxes d’un présent difficile à tracer.

Le village se dessinera au fil des rencontres. Ce n’est pas tant sa description qui m’intéresse, que l’esprit qui l’habite. L’appel de l’extérieur est fort, la litanie du passage des trains, une perpétuelle invitation au voyage.



Droits TV: disponibles